Archives de l’auteur : Antonio Tomasi

À propos Antonio Tomasi

Chercheur au laboratoire PROGEST, Centro Federal de Educação Tecnológica de Minas Gerais, Belo Horizonte, Brésil

Ouvriers et étudiants en ingénierie « côte à côte » : une formation professionnelle alternative ?

par Antonio TOMASI

 

La formation professionnelle assurée en partie par l’État brésilien depuis 1909 et l’École d’apprentis et d’artisans, à l’origine du Réseau fédéral d’éducation professionnelle, scientifique et technologique (IFET), a toujours été destinée aux enfants issus des catégories sociales les plus défavorisées. Les plus pauvres s’orientent vers l’IFET ;  les plus riches vers la formation propédeutique puis vers l’université (Azevedo & Coan, 2013 ; Couto & Tomasi, 2018). Toutefois, comme la formation professionnelle a un coût très élevé, de nombreuses écoles accueillant des enfants pauvres sont aussi propédeutiques, mais la qualité de l’enseignement y est très éloignée de celle des écoles dont le public est plus aisé. La majorité des jeunes pauvres qui sortent de ces écoles bénéficie d’une formation professionnelle sur le tas (Tomasi & Fonseca, 2017).

Paulo Freire. Memorial Denis Bernardes, (cc by-nc-sa 2.0)

Malgré tout, l’IFET a toujours investi dans la qualité de l’enseignement et les jeunes qui ont la chance d’être acceptés par voie de concours dans l’une de ses 38 unités, réparties sur tout le territoire du Brésil, profiteront d’une éducation professionnelle de l’enseignement supérieur  qui leur permettra d’avoir un métier ou de continuer à l’université.

Deux grandes conceptions de l’éducation, de la formation et de l’école (Manfredi, 2002) sont sous-jacentes au Brésil : certaines sont tournées vers le développement des habiletés des individus pour répondre aux demandes du marché, tandis que d’autres sont orientées vers le développement de toutes les dimensions de la vie humaine (Freire, 2009). Continuer la lecture