Archives de catégorie : Éclairages théoriques

L’innovation en éducation. Sens et signification

par Françoise Cros

 

De tout temps les hommes ont cherché à modifier leur environnement, à avoir prise sur lui dans une perspective de mieux-être qui pourrait aboutir à de l’efficacité, du plaisir, des déceptions ou de nouveaux produits utilisables. Et pourtant, le mot « innovation » n’appartient pas à la catégorie des mots anciens, la fréquence exponentielle de son utilisation actuelle exprime les caractéristiques de notre époque, de cette modernité de rapidité, de temps compressé (Rosa, 2018) et de mobilité, dans un rapport au passé minoré au profit d’un futur rédempteur.

Nous voyons apparaître le mot « innovation » au Moyen-Âge et, jusqu’au XVIème siècle, il est rejeté car il recouvre des actions de changements qui viennent troubler l’ordre social établi : la stabilité et l’immobilisme sont alors la garantie d’un bon fonctionnement social. Les hiérarchies sociales sont considérées comme consubstantielles à la vie sociale et n’ont pas à être perturbées. Dans les sociétés occidentales, l’Église romaine règne et impose des règles de vie d’acceptation des ordres rituels, et l’argent est considéré comme source de perdition (il fallait faire vœu de pauvreté). Tout innovateur est à cette période considéré comme un hérétique. Continuer la lecture

La construction de la maladie chronique et du sujet malade comme objet de recherche dans les sciences humaines et sociales

                           par Lennize Pereira Paulo et Catherine Tourette-Turgis

La maladie comme objet de recherche n’est pas un champ autonome relevant des seules compétences du corps médical ou de la médecine considérée comme une discipline scientifique et académique. Les sciences humaines et sociales ont généré des réflexions conceptuelles et théoriques permettant d’examiner les manières dont les sociétés, les cultures, les individus construisent leur regard sur la maladie (Laplantine, 1986). L’amélioration constante des thérapeutiques et l’allongement de la vie des malades chroniques ont donné lieu à l’émergence d’une nouvelle figure théorique du malade « de longue durée. » En ce sens, les trajectoires des maladies ont changé et donc aussi les outils conceptuels et les modèles théoriques en sciences humaines et sociales pour penser la maladie chronique puisque les frontières entre santé et maladie sont de moins en moins étanches puisqu’on parle désormais de « malades en bonne santé », de rémission, de rétablissement en santé mentale (Demailly, 2016). Continuer la lecture

L’autodidaxie d’hier à aujourd’hui : repères historiques et actualité

par Hélène Bezille

 

Comme son titre l’indique, le cheminement proposé dans ce texte a pour fil rouge de « faire bouger les lignes » de nos représentations de l’autodidaxie, d’en identifier l’actualité, les formes concrètes qu’elle peut revêtir aujourd’hui, et bien sûr son intérêt.

En guise de point de repère, commençons par une définition : si le terme désigne littéralement l’action qui consiste à « s’instruire sans maître », aujourd’hui un certain consensus se dessine cependant autour des caractéristiques suivantes : l’autodidaxie recouvre l’idée d’un apprentissage intentionnel autonome, dont le but, la démarche et les supports sont organisés par le sujet lui-même (individuellement ou en collectif), en dehors ou dans les interstices des institutions académiques, sans programmation institutionnelle ni finalité diplômante. C’est une manière de se former aussi bien à travers les ressources de l’expérience et de l’action, que dans le recours à des savoirs déjà constitués.  Continuer la lecture

Former à la pédagogie, est-ce bien raisonnable ?

par Jean Houssaye

 

Définissons la pédagogie comme l’enveloppement mutuel et dialectique de la théorie et de la pratique par la même personne, sur la même personne. Considérons que les savoirs en éducation ont toujours émané de deux sources à travers les siècles : la source des « savants » et la source des « faiseurs ». Les savants, on les reconnaît dans les savoirs produits successivement par les philosophes, les théologiens puis les scientifiques, donc les spécialistes d’un domaine qui prennent l’éducation comme objet à partir de leur épistémologie respective. Les faiseurs, on les reconnaît dans ceux que l’on appelle les pédagogues, soit des praticiens-théoriciens de l’action éducative. Ne prenons en compte ici que les savoirs pédagogiques, sachant cependant que former un pédagogue ne peut se réduire à lui permettre de disposer de ces seuls savoirs. Le savoir-faire suppose toujours un savoir à faire savoir. Il reste que les contenus à faire savoir ne détiennent pas en eux-mêmes la manière de les faire savoir. Autrement dit, subsiste bien un type de savoirs que l’on va appeler pédagogiques et qui requièrent un apprentissage spécifique, une formation spécifique. Alors comment former à la pédagogie, et est-ce bien raisonnable de vouloir le faire ? Nous allons privilégier ici la formation pédagogique initiale, car elle est beaucoup plus emblématique de la nature, des conditions et des difficultés de la formation pédagogique.  Continuer la lecture

La recherche biographique ou la construction partagée d’un savoir du singulier

par Christine Delory-Momberger


Lorsqu’il s’agit de « science humaine », on ne sait qu’avec les autres (Franco Ferrarotti, 2013b)

Si les questions d’épistémologie et de méthodologie sont au cœur des débats et des échanges dans le champ de la recherche biographique, c’est que nous n’en avons pas fini d’interroger ce qui fonde le projet et la démarche de cette recherche, d’en identifier la spécificité et donc l’autonomie par rapport à d’autres courants des sciences humaines et sociales. Et il ne s’agit pas tant de « se distinguer » que de mieux cerner ce qui est constitutif de notre courant de recherche, de mieux nous représenter à nous-mêmes les objets de connaissance qui sont les nôtres, les notions que nous utilisons, les démarches que nous mettons en œuvre.

Ces questions d’épistémologie et de méthode, je me propose encore une fois d’y revenir, de les « remettre sur le chantier » à partir de deux questions dont la simplicité de formulation n’occultera pas le caractère massif : À quel savoir prétend la recherche biographique ? Et : Comment la recherche biographique construit-elle ce savoir ?

Disons-le également dès cette introduction : peut-être les éléments de réponse que nous donnerons à ces questions nous amèneront-ils à lever une certaine imprécision dans l’usage et dans l’articulation que nous faisons entre recherche biographique et recherche biographique en éducationContinuer la lecture

Penser la formation avec John Dewey

par Michel FABRE

 

Comme le titre de cet article le suggère, je voudrais faire communiquer deux de mes travaux. Un travail déjà ancien, Penser la formation, publié aux PUF en 1994 et réédité en 2015 par les éditions Fabert, et mon travail tout récent sur Dewey intitulé Éducation et Humanisme. Lecture de John Dewey, publié chez Vrin en 2015.

Dans Penser la formation (2015a), je montrais à la fois la nécessité d’articuler les différentes logiques et les difficultés, voire les dérives que cette articulation risquait d’entraîner. Ayant travaillé depuis la philosophie de John Dewey, je pense qu’on peut y trouver quelques outils intellectuels pour penser plus avant le triangle de la formation. Certes Dewey s’est plutôt intéressé à l’école qu’à la formation des adultes, mais sa théorie de l’éducation, fondée sur l’idée d’expérience (Deledalle, 1967) devrait permettre d’enrichir la problématique initialisée dans Penser la formation et de mieux comprendre le pourquoi des dérives de la formation. Continuer la lecture

Bienvenue sur les Carnets de recherche du CRF

par Claude COHEN et Anne JORRO

Le Centre de recherche sur la formation du Cnam a choisi, en cette fin d’année 2016, de lancer des carnets dédiés à la formation des adultes, dans une optique internationale. Nous espérons que ces carnets constitueront un outil de dialogue avec les chercheurs qui développent des travaux de recherche sur la formation, la professionnalisation, l’innovation professionnelle ou sur les apprentissages. Continuer la lecture